RIDER / POSTER

KING A RIDER
Download


KING A POSTER
Download







PHOTOS

Low definition Photos :


Photo 7

Photo 4
by Gregor Boettcher

Photo 5
by Gregor Boettcher

Photo 6
by Sebastian Weidenbach

Photo 1

Photo 2

Photo 3




High definition Photos :


Photo 7

Photo 4
by Gregor Boettcher

Photo 5
by Gregor Boettcher

Photo 6
by Sebastian Weidenbach

Photo 1

Photo 2

Photo 3

BIO

Download : Bio in English

Télécharger : Bio en Français

As we are now nearing the 2nd decade of the 21st century, it is time to ask an essential question:

Where lies the future of Rock'n'Roll?

Will we recycle old ideas ad infinitum - 3 chords boom chica boom, mimick the past and kneel and pray at the alter of Jerry Lee Lewis, The Ramones and the Cramps or will we introduce new musical concepts into Rock'n'Roll, embrace the future and venture into unsafe yet exciting waters?

Will we limit ourselves by sticking to the musical traditions of the Western hemisphere only or will we seek inspiration across the four corners of our globe and make truly trans-global Rock'n'Roll?

It is time to expand the horizon and to seek out new territories - it is time to evolve and if that evolutionary process takes the shape of King Automatic...well that's all the better.

This Gentleman finds inspiration in Jamaican Rocksteady, Rhythm'n' Blues, Bebop and the tribal drumming of West Africa to mention only a few of the ingredients of a truly exotic musical cocktail.

In addition to the musical diversity to be found in his music, King Automatic has also freed Rock'n'Roll from the lyrical cliché of: "I picked up my baby in a '59 De Ville, we tore through the city seeking cheap thrills". There is actually real songwriting at play here which adds a welcomed layer to the music we all like to drink, dance and make babies to.

Starting out in the mid-1990's as the drummer of the legendary French Punk band Thundercrack, King Automatic took a radical turn at the beginning of the new Millenium and introduced a new dimension to the sound of one-man bands.

He began to sample and loop organ, guitar, harp and percussion sounds live on stage to create a truly sonic soundscape – close your eyes and you will swear you are listening to an orchestra.

With his new album "In The Blue Corner" now appearing on Voodoo Rhythm Records, he has taken his vision to the next level and has created an even more diverse record than his previous two - he has once and for all left behind the shackles and confinements of traditional Rock'n'Roll and his journey has led him to exciting places - mesdames & messieurs join King Automatic on his unique odyssee and explore the Rock'n'Roll of the world!



Marc A. Littler



Alors que l'on s'approche gentiment de la deuxième décennie du 21ème siècle, il est temps de poser la question essentielle :

Quel est le futur du Rock'n'Roll ?

Est-ce que nous allons continuer longtemps à recycler les vieilles recettes jusqu'à ce que mort s'ensuive -3 accords, boum tchak boum- à singer le passé et à s'agenouiller pour prier devant l'autel de Jerry Lee Lewis, des Ramones ou des Cramps ? Ou allons-nous plutôt aller de l'avant et introduire de nouveaux concepts dans le Rock'n'Roll ?

Allons-nous exclusivement nous borner à suivre les traditions musicales de l'Hémisphère Occidental ? Ou allons-nous fouiner et décloisonner la chose, trouver notre inspiration aux 4 coins du globe, jouer un Rock'n'Roll réellement transmondialiste ?

Il est temps de repousser loin nos horizons et de défricher de nouvelles terres, il est temps d'arrêter les conneries et de jeter les mouchoirs morveux de nostalgie... et si ce processus d' évolution prend la forme de King Automatic, bon sang c'est tant mieux.

Ce Gentleman puise son inspiration dans le Rocksteady jamaïcain le plus enfumé, le Rhythm'n'Blues pas net, le Bebop de Mingus et les percussions tribales d'Afrique occidentale pour ne citer là que quelques sources.

En plus de cette diversité musicale, King Automatic libère le Rock'n'Roll des clichés lyriques et éculés du genre : "I picked up my baby in a '59 De Ville, we tore through the city seeking cheap thrills". Pas de niaiseries de ce genre, non Monsieur. Ici, un authentique travail de songwriter est à l'oeuvre, ciselé comme au bon vieux temps du trafic de diamants bruts, diamants que l'on voyait ensuite sertis sur les bagues des jolies dames. Ceci ajoute un intérêt supplémentaire et plus que bienvenu à cette musique sur laquelle nous aimons tous boire, danser et faire des bébés.

Après avoir officié en tant que batteur dans le groupe garage français Thundercrack au milieu des années 90's, King Automatic repart seul et prend un virage radical au début du nouveau millénaire en injectant une nouvelle dimension dans son répertoire. One man band atypique, il reste inclassable dans cette discipline.

Sur scène, il sample claviers, guitare, harmo, maracas, il chante, cogne tambours et caisse claire en assignant de frénétiques coups de cymbales à ses riffs de guitares, créant ainsi un paysage sonique inouï - en fermant les yeux tu jurerais entendre un big band primitif au grand complet, mon pote.

Avec son nouvel album "In The Blue Corner" paru sur Voodoo Rhythm Records, encore plus éclectique que ses deux précédents, il a une fois pour toutes largué les amarres, pris la mer définitivement libéré des entraves et des contraintes Rock'n'Rollesques traditionnelles et son voyage l'a amené dans des contrées étranges et exotiques... Mesdames & messieurs, venez rejoindre King Automatic dans son unique odyssée et explorer le Rock'n'Roll du monde entier !



Marc A. Littler

CHRONICLES / CHRONIQUES
Le rock'n'roll est mort, mais il semblerait que personne n'ait songé à prévenir King Automatic… fort heureusement ! Le souverain des one-man bands français fait la tournée des grands ducs avec son rock 50's / 60's minimaliste de haute volée teinté de garage, de boogie et de ska, à grand renfort d'harmonica distordu et d'orgue déglinguée. Cet album, le troisième sur le prestigieux label Voodoo Rhythm, est un vrai bol d'air frais dans cette période de surproduction discographique où les compositions sont bien trop souvent noyées sous des tonnes d'effets spéciaux. On passe avec plaisir de rengaines de saloon au salon des Cramps, de boogies diaboliques à un délirant "Le redresseur de tort" que jalouserait Dutronc, sans trouver le temps de s'ennuyer. Un univers fait de main de maître par un monarque misanthrope et minutieux qui illustre parfaitement le vieil adage : mieux vaut être seul que mal accompagné !

( LONGUEUR D'ONDES - Varsas )



This garcon is heading straight for the One Man Band Hall of Fame! King A. presents 14 tracks of instantly foot tapping blues punk with some electro weirdness simmering somewhere. It sounds like it was recorded in a dumpster, parked in the red, and if you're still wondering how they built the pyramids, this distort-o-rama/burn your pyjama will surely take your mind off the equatation and have you asking how one man can make a racket like this? The king plays kick and snare drum, guitar and organ + sings - all at the same time, and leaves a smoking tambourine and the smell of melted rockyfour in his tracks. The reverb on this baby will have our interplanetary neighbors filing complaints over off-key organ chords and high frequenzy menagerie for the next two millenniums, but this is worth it.Five out of five for the impressive performance and appropriately deep and focused recording, and - this really opens up in multi-channel!

( LOWCUT - Denmark )



Prêts à refoutre les tympans dans la prise ? Batteur de Thundercrack, King Automatic vient de livrer son premier album en one-man-band, Automatic Ray, un cocktail corrosif et inédit d'electrotrash-punk-blues, une espèce de mix Oblivians / Kraftwerk sous acide de batterie. Percus cryptiques, voix bidouillées, orgue lancinant, guitare ferrailleuse... Ouaip, c'est un des seuls one-man-bands à jouer de l'orgue et de la guitare en même temps... Habile l'animal ! Les quatorze titres vous ramoneront le cortex, du teigneux "Drive Too Fast" à l'hypnotique "Cowboy Of Tchernobyl", en passant par la cover râpeuse du "Mongoloïd" de Devo ou le surf spatial de "Rekord 2066". Voodoo Rhythm l'annonce en vinyle et en CD digi-pack incluant deux titres live.Le bonhomme devrait aussi être en tournée dans le sud en novembre.

( DIG IT! - Toulouse )



Heureusement là dessus arrive King Automatic de Nancy, premier one-man-band de la soirée et batteur à ses heures avec Thundercrack et Sux Evulsors. On est d'abord intrigué par son installation puis quand la musique commence, on est vite happé par la sauvagerie dansante des compos et des reprises (de Kraftwerk aux Ramones!). King Automatic a trouvé une combinaison très ingénieuse entre guitare, orgue (avec des boucles enregistrées en live), tom, grosse caisse, cymbales et le concert s'avère très enlevé et sans le moindre temps mort. Un one-man-band étonnant qu'il va falloir suivre de près!

( SDZ - Paris )



This is the second Voodoo Rhythm release I've listened to, the first being John Schooley and I'm well impressed in the direction this label is going ! The One Man Band World Domination has just begun so look out all you duo wannabe guitar / drumming freaks. King Automatic mixes trashed up blues punk with electronic noise and on occasions the distortion is turned way up it just becomes a wall of noise. The only reference I can point to is Bob Log III though King Automatic has a little more to offer and even plays the organ at the same time as guitar and drums (that alone is a must see). Thank god that Horst is in another state as we get a cover of Kraftwork's "the Model" as well as Devo's "Mongoloid".

( LONG GONE LOSER - Australia )



King Automatic: Automatic Ray (Voodoo Rhythm) Intense, noisy and wild one-man band to end all one man bands. Keys, drums, guitar in an all-out trash attack. Kraftwerk meets Lightin' Hopkins and knives are drawn! MY EARS! MY EYES! MY GOODNESS!

( MOHAIR SWEETS - Canada )